Traitements biologiques

Pour traiter des eaux industrielles, il est courant d’utiliser des bactéries. Elles permettent en effet d’éliminer les éléments organiques (sucres, protéines, graisses…). Les bactéries dégradent alors la pollution organique en milieu aéré (cuves aérobies) ou simplement agité (cuves anaérobies). Il est courant de devoir lisser la pollution par des bassins tampons pour éviter les variations de charge trop brusques. Enfin, si la production de boues est importante, une déshydratation peut être envisagée.

Ce process propose une biologie associée à des membranes d’ultrafiltration (céramiques ou organiques) pour assurer la séparation des bactéries et de l’eau traitée. Il permet d’atteindre de hauts degrés de dégradation des pollutions (organiques, azotées, métaux…). Il peut être :

  • Utilisé avec une membrane fine (Biologie + Ultrafiltration + Nanofiltration ou Osmose inverse) -> Biomembrat 30
  • Utilisé avec du charbon actif en grain (Biologie + Ultrafiltration + Charbon actif) -> Biomembrat 20
  • Utilisé seul (Biologie + Ultrafiltration) -> Biomembrat 10

Les productions de boues sont réduites par l’autolyse des boues. Les taux de disponibilité sont excellents. Les éléments de la station (cuves biologiques, surfaces membranaires, …) sont modulables pour coller en tout temps à la charge du site.

         


FICHE_BIOMEMBRAT.pdf

Il s’agit d’un traitement robuste et fiable qui permet d’atteindre des performances intéressantes. Il est souvent utilisé dans le cadre d’un pré- traitement lorsque le rendement épuratoire ne doit pas être élevé.








FICHE_SBR.pdf

Traitements physico-chimiques

L’application des techniques physico-chimiques permet de retenir un grand nombre de composés organiques ou minéraux : métaux, graisses, matières en suspension, émulsions…

    Le traitement se fait généralement en trois étapes :

  1.  De la chimie pour coaguler / floculer / précipiter la pollution
  2.  De la physique pour séparer les agrégats formés (décantation, floculation principalement)
  3.  Une déshydratation des boues formées pour une externalisation ou une valorisation

Il s’agit de séparer les flocs formés. Plusieurs techniques sont possibles :

  • Flottation, rectangulaire ou circulaire, en inox ou résine (séparation des matières en suspension légères grâce au système de pressurisation)
  • Décanteur lamellaire ou classique

    FICHE_PHYSICO.pdf

Grâce nos compétences en exploitation et en conception nous pouvons apporter nos solutions d’amélioration adaptées au process. L’expertise, l’optimisation ou la validation technique peut se faire sur site ou en laboratoire.

Essai Jar-test en laboratoire

Il est nécessaire de travailler au bon pH pour que cette étape soit efficace. Les étapes de la coagulation et floculation peuvent se faire en préparation manuelle ou automatique pour les consommations importantes à l’aide de lyre ou cuve de contact.

Lyre d’injection
presse

Presse à vis (100kgMS/h)

Il s’agit de déshydrater les boues formées. Les boues sont alors évacuées en filière externe ou valorisées (pour leur valeur en méthanisation, leur concentration en métaux…).

La déshydratation s’opère par :

  • Centrifugeuse
  • Filtre à presse
  • Presse à vis

Ces équipements peuvent être containérisés.


FICHE_K-BOX.pdf

Osmose inverse

Ovive travaille en partenariat avec de multiples fournisseurs de membranes, ce qui nous permet de choisir LA bonne membrane. Ainsi, nous proposons toutes pièces de maintenance sur les modules de type DT. Après l’élimination de toutes les matières en suspension, l’effluent pré-traité passe sur l’osmose inverse.

info

Pour des besoins ponctuels, Ovive peut proposer des installations d’osmose inverse mobiles en container.

La couche collectant le perméat est « emprisonnée » entre deux couches de membranes.

La technologie de l’osmose inverse utilise des membranes semi-perméables permettant à l’eau de passer mais bloquant et rejetant les ions et les molécules. L’effluent est donc séparé en un flux d’eau pure (le perméat) et un rejet concentré (le concentrât).

La société Ovive est capable, après étude de votre bilan ionique, de prédire le taux de conversion d’une installation d’osmose inverse.

Dégrillage

Ce procédé peut être un traitement en tant que tel ou une étape dans une succession de process. De part nos expériences d’exploitation nous avons sélectionné des systèmes polyvalents et simples à entretenir.

Tamis courbe


Filtration de 500μm à 100μm. Généralement utilisés pour une filtration de finition ou en sécurisation du process avant, ces filtres sont également équipés d’un système de lavage automatique.





   FICHE_FILTRATION_EFFLUENTS.pdf

Filtre à poche

Filtration frontale en pression par poche filtrante ou cartouche, de 2 mm à 1 μm. Ils sont faciles à mettre en œuvre, pour des petites quantités de matières.

Tamis rotatif à alimentation externe + compacteur de déchet

Filtration sur tamis rotatif à alimentation interne ou externe. Ils s’utilisent sur des effluents chargés avec une filtration allant de 2.5 mm jusqu’à 250 µm et sont équipés de système automatique avec laveur intégré + possibilité de compacteur à déchet selon les applications.

Adsorbants Spécifiques

 Le charbon actif est un matériau très poreux qui a la capacité de fixer la pollution par adsorption sur sa grande surface de contact.

L’adsorption sur du charbon actif permet de capter :

  • Des métaux
  • De la DCO
  • Des AOX

Il est donc une véritable « éponge à pollutions ». Le charbon actif saturé est ensuite régénéré thermiquement, ce qui permet sa réutilisation jusqu’à 10 fois.

    FICHE_TRAITEMENT_CHARBON_ACTIF.pdf

L’ ASP vendu par Ovive est capable de retenir : 

  • Le phosphore (sous forme ortho phosphate)
  • L’arsenic

Il vient souvent en traitement de finition généralement pour atteindre la norme.

Les avantages des adsorbants : 

  • La pollution quitte le site sur un support physique
  • Rapidité de mise en oeuvre
  • Installations compactes
  • Modularité

   FICHE_ASP.pdf